Une ruche à livres installée sur le chemin du rucher.

Le conseil municipal des enfants de Béard-Géovreissiat a décidé d’installer 3 « boites à livres » sur la commune.

La première a été installée place de la chapelle, à l’entrée du chemin qui même au rucher. Elle a tout naturellement la forme d’une ruche, et vous pourrez venir y déposer vos livres sans risque de réveiller les abeilles.

La réception de la ruche à livres

La réception de la ruche à livres.

la ruche installée

la ruche installée.

IMG_7279

Les premiers livres

Les premiers livres.

L'article dans "Le Progrès"

L’article dans « Le Progrès »

Assemblée Générale du Rucher du Haut-Bugey

carte visite

L’assemblée générale 2019 du Rucher du Haut-Bugey se tiendra le samedi 16 novembre 2019 à partir de 8h30 à la salle polyvalente de Béard-Géovreissiat, à coté de la mairie.
Si vous voulez rencontrer l’équipe du rucher, adhérer à l’association et participer à nos activités, rendez vous le 16 novembre à Béard-Géovreissiat.
A bientôt,
IMG_20191102_0001

Aéthina Tumida, participez à la surveillance, piégez!

index
Un message de la section apicole de GDS Rhône-Alpes:

Aethina tumida, aussi appelé « petit coléoptère des ruches » (PCR), est un insecte originaire d’Afrique du Sud, ravageur des colonies d’Apis mellifera.
La présence depuis près de 5 ans maintenant, de foyers en Italie, souligne la difficulté à éradiquer l’infestation une fois le parasite implanté sur le territoire.
L’actualité sanitaire de 2018 et 2019, avec deux alertes, levées depuis, pour des suspicions d’introduction d’Aethina tumida en France, renforce la nécessité de maintenir un niveau de vigilance élevé vis-à-vis de l’introduction du petit coléoptère des ruches en France.
Devant l’ampleur de cette menace, la section apicole de GDS Rhône-Alpes a mis en place un plan de surveillance, soutenu par la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt. Il vise en particulier à sensibiliser, contrôler et détecter précocement toute éventuelle introduction.
Pour ceci, un réseau d’apiculteurs, acteurs de la surveillance du petit coléoptère des ruches sur le territoire Rhône-Alpin, se constitue. Cette surveillance repose sur la mise en place de dispositifs de piégeage, au sein de 5 colonies du rucher. Deux types de pièges sont mis à votre disposition et peuvent être installés dés que possible :  Le lange de détection ou le piège à huile.
Si vous souhaitez en savoir plus et intégrer le réseau, contactez dés maintenant votre GDS!
A vos pièges !!

Le schéma du réseau de piégeage:

Fiche schéma

Le réseau de piégeage:

Réseau piégeage 1Réseau piégeage 2Réseau piégeage 3

Le protocole de piégeage, mode d’emploi des pièges :

protocole anses 1protocole anses 2protocole anses 3protocole anses 4

La fiche de suivi de piégeage à renvoyer en fin de période de piégeage :Fiche piégeage 2019
Les adresses utiles en cas de suspicion dans
le département de l’Ain :

Section apicole du GDS01: 45 route des Soudanières, CS10002, 01250 Ceyzériat.
Vétérinaire du PSE: Olivier HARTNAGEL, tel 04 74 39 04 33, mail: olivierhartnagel@clubinternet.fr
Vétérinaire conseil du GDS01: Caroline LOCATELLI, tel 04 74 25 09 91, mail: gds01@cmre.fr
DDPP01: tel: 0474420900, mail: ddpp@ain.gouv.fr
Moniteur du dispositif pour Rhône-Alpes: Prémila CONSTANTIN, mail: apiculture@frgdsra.fr
FRGDS Rhône-Alpes, 23 rue Jean Baldassini, 69364 LYON Cedex 07

Et les documents précédents à télécharger :

Réseau de piégeage 2019 volontaire

Protocole Anses – Mode d’emploi des pièges

Fiche de suivi de piégeage 2019

Quelques vidéos:

Une vidéo montrant le retrait d’un lange alvéolé et l’inspection de la colonie:

Attention, ne pas procéder comme dans la vidéo pour faire sortir les coléoptères des alvéoles du lange, il faut d’abord enfermer le lange dans un sac transparent étanche, type sachet congélation pour éviter qu’ils s’envolent ou tombent au sol et reviennent ensuite dans les ruches. On peut ensuite mettre le sachet au congélateur pour tuer les coléoptères et ne prendre aucun risque.

 

Utilisation du piège à huile « Beetle blaster »

Adhésion au Rucher du Haut Bugey 01

carte visiteCourrier pour adhésion 2020

***************BULLETIN ADHESION RHB 01 2020
***************

Bulletin adhésion 2020 GDS 01

***************
Les documents ci dessus sont au format PNG et les lien inclus ne fonctionnent pas, mais vous pouvez télécharger ces documents au format PDF, dans lesquels les liens fonctionnent, en dessous.
Vous trouverez aussi dans le dernier lien les garanties de l’assurance apicole:

Courrier pour adhésion 2020

Bulletin d’adhésion 2020 au Rucher du Haut Bugey 01

Bulletin d’adhésion 2020 au GDS 01

Garanties assurances 2020

Sur France Inter, Le téléphone sonne du 31 juillet 2019: Disparition des abeilles, ça va piquer

Screenshot_2019-08-01 Le Téléphone sonne – Page 1 - France InterScreenshot_2019-08-01 France Inter – Info, Culture, Humour, MusiqueSur France Inter, émission Le Téléphone Sonne du 31juillet 2019:
Disparition des abeilles : ça va piquer
Pesticides, pratiques agricoles intensives, changement climatique, mais aussi prédateurs naturels et maladies… Depuis des années, en France et dans le monde, la mortalité des abeilles s’envole, provoquant l’appel à l’aide des apiculteurs ainsi que la mobilisation de la communauté scientifique et des pouvoirs publics.
Reines et ouvrières des ruches sont en effet un maillon essentiel de la biodiversité : indispensables à la pollinisation – le transport de grains de pollen permettant de féconder les plantes – et donc à l’agriculture, mais aussi à la production nationale de miel et d’autres produits de l’apiculture, les abeilles sont des éléments cruciaux de la chaîne alimentaire. Donc, de notre survie.
Et avec leur déclin avéré, la question de leur protection ne s’est jamais tant posée.
Quelles menaces pèsent sur les abeilles ? Que se passerait-il si elles arrivaient à disparaître ? Et quelles en seraient les conséquences dans nos vies quotidiennes et sur la biodiversité ?

Comment repenser leur protection dans un contexte de planète en pleine suffocation ?
Quelles politiques faut-il mener pour venir en aide à ces pollinisateurs ?
Comment sensibiliser davantage les acteurs institutionnels et la société civile à leur existence et à leur importance ?
Quels sont les gestes que nous pouvons pratiquer au quotidien pour les protéger ?

Les invités:

Olivier Fernandez, Président du Syndicat Apiculteurs Midi-Pyrénées et secrétaire du Syndicat National des Apiculteurs (SNA)

Axel Decourtye, Ecotoxicologue, responsable de l’Unité protection des abeilles à Avignon, directeur scientifique et technique de l’institut de l’abeille, membre de l’ACTA.

Jean-Noêl Peché, Apiculteur en Seine-et-Marne

Référence: Les abeilles, des ouvrières agricoles à protéger, écrit par Axel Decourtye (Éditions France Agricole et Acta Éditions)

Écoutez l’émission sur ce lien

Le Groupement de Défense Sanitaire de l’Ain en visite au rucher école de Béard

Le samedi 13 juillet nous avons eu la visite au rucher de Béard de Caroline Locatelli (Vétérinaire au GDS de l’Ain), d’Olivier Hartnagel, (Vétérinaire du plan sanitaire d’élevage de la section apicole du GDS01), et de Thierry Chavant, président de la section apicole du GDS 01.

Alin Henry, Caroline Locatelli, Gérard Dupérier et Olivier Hartnagel.

Alain Henry co-président du RHB01, Caroline Locatelli, vétérinaire du GDS01, Gérard Dupérier, co-président du RHB01 et Olivier Hartnagel vétérinaire de la section apicole du GDS01.

Présentation de la ruche éleveuse aux vétérinaires

Présentation de la ruche éleveuse aux vétérinaires

Contrôle de ponte

Contrôle de ponte.

Visite des miniplus

Visite des miniplus

Le groupe des élèves.

Le groupe des élèves.

Les vétérinaires ont profité de la visite au rucher pour distribuer les traitements anti varroas.

Les vétérinaires ont profité de la visite au rucher pour distribuer les traitements anti varroas.

Olivier Hartnagel et Thierry Chavand ont ensuite expliqué le fonctionnement du GDS01 et de la section apicole du GDS et de son plan sanitaire d’élevage.

Thierry Chavant, président de la section apicole du GDS01

.Thierry Chavand, président de la section apicole du GDS01.

Cette belle matinée riche d’échange d’idées, où tous ont pu constater que la dynamique du groupe était bien toujours là, s’est terminée autours du verre de l’amitié, où nous a rejoint Laurent Comtet, maire de Béard-Géovreissiat.

Et les échanges ont continué ensuite pendant le barbecue des animateurs et de leurs conjoints (tes) qui a suivi. Caroline Locatelli et Thierry Chavant ont gentiment accepté notre invitation à ce barbecue.
Belle journée riche d’enseignements pour tous, à refaire.

L'article paru

L’article paru dans Le progrès du 20 juillet 2019

La vie du Rucher du Haut Bugey en photos

Quelques images de l’activité du rucher ce printemps, d’abord la fabrication des ruches, ruchettes et hausses par notre équipe de menuisiers:

Explications techniques

Explications techniques.

Montage des ruches.

Montage des ruches.

Fraisage des poignées.

Fraisage des poignées.

Et voilà le travail.

Et voilà le travail.

L'équipe des menuisiers bénévoles.

L’équipe des menuisiers bénévoles.

Un grand merci à notre équipe de menuisiers, Alain, Yves et Gérard, sans oublier notre fidèle Marc qui a aussi participé au chantier, mais n’ apparait pas sur les images, étant chargé du reportage photo.

Quelques images du chantier du toit du second bungalow:

ggg

Montage de la charpente.

hh

Pose des liteaux.

jjj

Vue générale du chantier.

Pause bien méritée.

Pause bien méritée.

Dernière finitions sous la pluie.

Dernières finitions sous la pluie.

Merci à toute l’équipe des charpentiers qui ont travaillé avec enthousiasme dans la joie et la bonne humeur à la réalisation de ce chantier. Un grand merci à notre chef charpentier Christian, pour son aide, ses conseils techniques, et la fourniture d’une partie des matériaux.

Et maintenant les image de l’activité du rucher par mauvais temps:

Vue générale du rucher.

Vue générale du rucher.

Suppression des cellules dans les miniplus à l'abri.

Suppression des cellules dans les miniplus à l’abri.

Attention, famine dans les ruches

Alerte pour tous, à la suite des mauvaises conditions météo de ce mois de mai, pluie, froid et bise, la famine s’est installée dans nos ruchers du Haut Bugey.

Plusieurs apiculteurs ont déjà perdu des colonies, les nombreux essaims que vous avez pu récupérer n’ont aucune réserve, les reines ne pondent pas et ces colonies vont mourir de faim avec la météo annoncée pour la semaine à venir. Et avec le mauvais temps, les jeunes reines de vos ruches ayant essaimé risquent de ne pas pouvoir se faire féconder, n’ hésitez pas à regrouper vos colonies les plus faibles.

Il vous faut donc intervenir d’urgence et nourrir vos colonies pendant qu’il est encore temps. Contrôlez même les ruches qui ont déjà des hausses, il est probable que vos abeilles aient tout consommé ce qu’elles avaient récolté en miel de printemps.

 

Un nouveau départ pour le rucher école de Béard Géovreissiat

Le samedi 4 mai, malgré un temps exécrable, 28 apiculteurs passionnés se sont retrouvés à Béard pour le redémarrage du rucher associatif.

Si vous voulez apprendre à élever vos reines si vous êtes déjà apiculteur, apprendre l’apiculture si vous débutez, où juste vous renseigner sur les abeilles et leur élevage, nous vous attendons tous les mercredi et samedi matin au rucher.

Article du Progrès du 8 mai 2019

Article du Progrès du 8 mai 2019

 

Démarrage du rucher école de Béard-Géovreissiat le samedi 4 mai 2019

Fonctionnement  du Rucher Ecole d’élevage de Reines de l’association Rucher du Haut Bugey à Béard Géovreissiat :

Le rucher école d’élevage de reines de l’association Rucher du Haut Bugey sera prêt à vous accueillir à partir du samedi 4 mai 2019 pour vous aider et vous apprendre à remplacer les reines de vos colonies.
Pour changer vos reines, vous devrez être adhérents de l’association Rucher du Haut Bugey.
Le montant de l’adhésion 2019 sera de 15€ et vous permettra d’être assuré lors des activités du rucher.
Une somme de 5€ par reine vous sera demandée pour participer aux frais d’élevage.

 

Dans quels cas remplacer ses reines ?

                     Plusieurs raisons à cela, certaines colonies peuvent être trop agressives, donc difficiles à travailler, certaines colonies sont très essaimeuses et se vident de leurs abeilles au printemps, parfois au point de ne donner aucune récolte, mais aussi, alors que tous les manuels d’apiculture donnent pour les reines une longévité théorique importante (5 ans), il n`en est pas souvent ainsi dans les faits car les reines actuelles sont prolifiques beaucoup moins longtemps. Une reine de trois ans ne pondra plus suffisamment pour maintenir la colonie en bonne santé, aussi il est préférable de ne travailler qu’avec des reines de 1 ou 2 ans. La baisse de fécondité des reines est probablement due à des problèmes environnementaux, (traitements des cultures ? réchauffement climatique qui prolonge la ponte presque tout l’hiver ? ou encore une mauvaise fécondation par les mâles qui subissent aussi les aléas environnementaux ?)

Protocole de remplacement des reines au RER de Béard :

Pour changer vos reines, il vous suffira d’amener au rucher école de Béard un nucleus composé de :
*  1 cadre de cire bâtie
*  1 cadre de provisions avec pollen
*  2 BEAUX  cadres de couvain operculé qui vont apporter un maximum de jeunes abeilles à naitre pour aider la reine. Le couvain de mâles éventuellement présent sur ces deux cadres sera impérativement détruit avant d’amener le nucleus au rucher d’élevage, pour éviter la pollution génétique de nos reines lors de leur vol de fécondation.
*  Secouer dans la ruchette un cadre d’abeilles, mais sans la reine.
*  1 autre cadre de provisions avec pollen

*  Fermer la ruchette avec une mousse ou autre de façon à ce que celle-ci soit bien étanche. Attention d’avoir une aération sur le fond de la ruchette afin d’éviter l’étouffement lors du transport.
*  Prévoir un cadre nourrisseur si votre ruchette a 6 cadres, ou un nourrisseur couvre cadre.
Ce nucleus sera préparé le jour ou la veille ou vous avez prévu de l’amener au rucher, sinon les cellules de mâles présentes vont éclore et risquer de féconder nos jeunes reines.

          Les ruches 10 ou 12 cadres ne sont pas acceptées par manque de place au rucher.
Chaque apiculteur ne pourra amener que 2 nucleis à remérer à la fois au rucher. Quand les reines de ces nucleis seront en ponte et que l’apiculteur les aura emmené, il pourra ramener 2 nucléis en remplacement si de la place est disponible au rucher.

          Chaque nucleus sera contrôlé par un animateur à son arrivé au rucher : (contrôle du bon état de la ruchette, de  l’état sanitaire, de la qualité des cires, de l’absence de reine et de couvain de mâle). Si vous n’avez pas trouvé la reine, pas de soucis, nous la chercherons avec vous.

          Pour les mêmes raisons de pollution génétique, les ruches bourdonneuses, donc pleines de mâles de souche inconnue qui risquent de féconder nos reines ne seront pas acceptées au rucher.

          Après 9 jours d’orphelinage, il n’y a plus de couvain ouvert, les cellules royales construites par les abeilles seront détruites systématiquement, et vous pourrez introduire une larve de moins de 24 heures que vous aurez appris à greffer. Les abeilles n’ayant plus d’autre possibilité d’élevage seront obligées d’accepter cette larve fille d’une reine sélectionnée. Pas d’inquiétude si vous ne réussissez pas votre greffage, il y aura toujours un animateur pour vous aider.

            Si tout s’est bien passé, entre 28 et 31 jours après la ponte de l’œuf, la jeune reine devrait commencer sa ponte et vous pourrez repartir avec votre colonie. Le départ des nucleis est impératif dès le contrôle de la ponte pour libérer de la place pour les autres apiculteurs.

Heures d’ouverture du RER :

            Le rucher sera ouvert le mercredi matin et samedi matin.

            Horaires, les mercredi et samedi matin à 8h pour les animateurs et 9h pour les apiculteurs venant remérer un nucléus.

            Les ruchettes à remérer seront amenées le samedi matin, le mercredi sera réservé aux visites des  ruches.

Matériel à fournir par l’apiculteur:

            La ruchette contenant le nuclei devra être complète, cadres cirés, nourrisseur, toit, partition éventuelle.

            Le seul matériel personnel accepté au rucher sera le vêtement de protection (voile obligatoire et gants). Pas d’enfumoirs, de lève cadre et de petit matériel perso dans le rucher, tout le matériel est sur place et désinfecté régulièrement.

            Le voile d’apiculteur et les gants devront être propres (obligatoire, une vareuse et des gants  sale peuvent  être des réservoirs d’agents pathogènes, ne prenons pas de risque inutile pour nos ruches).

Engagements pour bénéficier d’une reine :

            Aucun nucleus ne sera déposé au rucher en l’absence d’animateur et sans vérification par un animateur.

            Pour éviter tout engorgement, et le nombre de reines à produire étant limité, il nous faudra mettre en place un planning d’élevage. Merci de prévenir par mail Anne Damaggio avant d’amener vos nucleis :  annejfuentes@gmail.com

            Chaque apiculteur qui amènera une ruchette à remérer devra la suivre  impérativement jusqu’à la ponte de la nouvelle reine. (visite, nourrissement, contrôles). Vous devrez donc être présents pour visiter vos nucléis au moins une fois chaque semaine.

            Chaque ruche sera identifiée sur le toit par le nom de l’apiculteur, son numéro d’apiculteur et un numéro de téléphone.

            Les reines produites au rucher d’élevage le sont dans le but d’améliorer la pratique de l’apiculture et ne sont dans aucun cas destinées à la revente.

Comment venir au RER ?

            Pour accéder au rucher, si vous arrivez par le sud, (route de Montréal la Cluse à Nurieux, vous prenez la direction d’Izernore, vous traversez la commune de Béard, presque à la sortie il y a un panneau clignotant indiquant des passages piétons, vous ralentissez et environ 100m plus loin, vous tournez à gauche vers la rue du Four, marquée par une borne à incendie n°015. Si vous arrivez sur le ralentisseur vous avez raté la route, dons vous faites demi-tour, et vous suivez l’explication suivante. Si vous arrivez par Izernore, à l’entrée de Béard, vous allez passer sur un ralentisseur, vous continuez tout droit sur 150m et vous tournez à droite dans la rue du Four, au niveau de la borne à incendie n° 015

            Rue du Four, vous suivez le chemin goudronné en roulant au pas en direction d’une maison aux volets bleus, vous contournez cette maison par la gauche et vous continuez sur la piste en gravier sur 150m. Vous pourrez vous garer sur un emplacement élargi, mais en laissant l’accès à la cabane des chasseurs en contrebas. L’accès du rucher se trouve une quinzaine de mètres plus loin sur la droite. Si vous venez jusqu’au rucher avec votre véhicule, roulez uniquement sur la piste tassée et non dans le pré. Et stationnez uniquement sur la piste pour éviter d’écraser l’herbe. Les terrains de chaque côté sont exploités par un agriculteur, merci de respecter son travail.

Plan pour accéder au rucher.

Plan pour accéder au rucher.

Et merci à tous ceux qui nous ont aidés à monter ce rucher, en particulier :

            Xavier Combes et Olivier Garin, de la société des carrières Blanc, pour la mise à disposition du terrain.
            Jean Philippe Gavard, pour le prêt des 2 bungalows de stockage du matériel.
            Mr Laurent Comtet, maire de Béard Géovreissiat, et son conseil municipal pour leur intérêt pour ce projet et leur accueil dans leur commune.
            Et à tous les bénévoles et animateurs du rucher  du Haut Bugey qui ont toujours répondu présents quand il le fallait.
            Sans oublier Martien Monnet, qui nous a accueillis dans son rucher de Chevillard, où nous avons fait nos premières armes d’éleveurs de reines.