Élever ses reines autrement, conférence de Jacques Kemp

Pour ceux qui n’ont pas pu assister à la conférence de Jacques Kemp au congrès d’apiculture de Clermont Ferrand, vous trouverez ici la vidéo de cette conférence donnée chez Apimiel en novembre 2016.
 

 

La vraie nature du miel

Un reportage du Journal Télévisé de 20h du vendredi 6 janvier 2017 sur France 2

Ce reportage confirme les infos qui ont été données le samedi 29 octobre au Congrès de Clermont-Ferrand lors de la table ronde sur le marché du miel.

Et pour ceux qu n’ont pas pu assister au congrès, vous trouverez sur le site de l’Unaf tous les documents des conférenciers sur ce lien.

Flyer Frelon asiatique dans l’Ain

Flyer frelon asiatique rectoFlyer frelon asiatique verso

Téléchargement de ce document sur ce lien

Chantier au rucher école de Béard

Lundi 12 décembre, 10 apiculteurs ont participé au chantier d’étanchéité du cabanon du rucher. Quelques photos:

Début du chantier.

Début du chantier.

Préparation des tôles.

Préparation des tôles.

Pose des chevrons

Pose des chevrons.

Vue du chantier.

Vue du chantier.

Les contrôleurs des travaux.

Les contrôleurs de la conformité des travaux.

Les véhicules des artisans.

Les véhicules des artisans.

L'outillage ne manque pas.

L’outillage ne manque pas.

Le chantier avance.

Le chantier avance.

Pose des planches de rive.

Pose des planches de rive.

Pose des tôles

Pose des tôles

Chantier terminé.

Chantier terminé.

Et un grand merci à la belle équipe de la section apicole du Haut Bugey qui fait vivre ce rucher.

Programme 2017 du Rucher École de Servas

programme-re-servas-2017Et sur ce lien vous pouvez télécharger ce programme: Programme 2017 du rucher école de Servas

Présence confirmée du frelon asiatique dans l’Ain

La mauvaise nouvelle de cet automne est la découverte du frelon asiatique dans l’Ain, sur la commune de Cormaranche sur Saône.

Je vous résume cette information qui m’ a été  envoyée par le vétérinaire du Gasa, Patrick Paubel.

Cette découverte fait suite à l’observation des premiers frelons autour du 19 octobre sur pommes, épluchures et prédation d’un rucher sur Cormaranche sur Saône.

Suite à ces observations des pièges ont été posés, un frelon capturé et la DDPP01 a envoyé les photos au Muséum d’Histoire Naturelle qui a confirmé l’identification.

Des des frelons piégés on été relâchés en 4 endroits différents et ont permis, d’après la direction des envols de localiser la position probable du nid. Ce nid sera découvert en haut d’un peuplier en bord de Saône après quelques heures de recherche.

Quelques photos des opérations:

Frelon sur épluchure

Frelon sur épluchure.

frelons sur une pomme

Frelons sur une pomme.

e.

Relâcher d'un frelon pour chercher la direction du nid

Relâcher d’un frelon pour trouver la direction du nid.

Frelon prêt à s'envoler

Frelon prêt à s’envoler.

Le nid

Le nid.

L'équipe des chercheurs avec en arrière plan le nid, à 25m de haut dans un peuplier.

L’équipe des chercheurs avec en arrière plan le nid, à 25m de haut dans un peuplier.

Le nid a été détruit jeudi 27 octobre à la demande de la DDPP, et Patrick Paubel doit en effectuer « l’autopsie » en liaison avec le muséum.

Rendez vous aux apiculteurs à l’AG de la section du Haut Bugey pour parler de ça, et pour préparer le piégeage ce printemps, ce nid a été découvert et détruit tardivement, une grande partie des femelles fondatrices sont déjà dans la nature, il nous faudra impérativement freiner l’extension de cette cochonnerie.

Et même si le Haut Bugey semble loin du val de Saône, ça peut nous arriver très vite, une femelle fondatrice dans une cagette de fruits pour vite se retrouver très loin de son nid. Et si vous pensez que les hivers parfois rudes du sud du massif jurassien vont en venir à bout, ne rêvez pas, Vespa Vellutina a été signalé à 3100m d’altitude dans l’Himalaya, à Gulmarg au Kashmir.

Dossier sur la résilience des abeilles dans « La Recherche »

couv-la-recherche-octobre-2016
 Dans son numéro d’octobre 2016, la revue « La Recherche » publie un très bon dossier de 4 articles sur la résilience des abeilles.

    Pour sauver les abeilles, l’interdiction des pesticides ne suffit pas: Pour comprendre le déclin des abeilles, Yves Le Conte, directeur de recherches à l’Inra explique l’importance d’aborder ensemble toutes les agressions qu’elles subissent.

    La ruche attaquée sur plusieurs fronts: Depuis 1998 on observe en Europe un syndrome d’effondrement de colonies. Les ennemis à l’origine de cette mortalité anormale sont de mieux en mieux cernés.

   Contre le varroa, transmettre le gène de la résistance: Certaines populations d’abeilles ont développé une surprenante tolérance au varroa.Les chercheurs essaient de la comprendre pour mieux protéger les ruches.

    Les butineuses ont du nez: Les abeilles sont capables de distinguer avec finesse de multiples odeurs. Cette capacité essentielle à l’organisation complexe de la ruche est assurée par un appareil olfactif et un encodage cérébral très efficace.

Si vous ne trouvez plus cette revue chez votre marchand de journaux, vous pouvez la commander sur ce lien: La Recherche

Voyage en Croatie des apiculteurs de l’Ain

Dans cet article, chaque texte en bleu est un lien qui vous renvoie si vous cliquez dessus sur le site internet correspondant.

Nouveau voyage pour les apiculteurs de l’Ain, en Croatie cette fois, du 16 au 23 aout 2016. C’est 31 voyageurs qui vont se retrouver cette fois à l’aéroport Lyon Saint Exupéry, pour un vol en direction de Venise. Nous retrouvons là bas un bus affrété par l’agence Slovène Apiroutes  qui a organisé nos deux précédents voyages en Slovénie. Avec le bus, nous retrouvons Jana, notre fidèle guide et amie de nos précédents voyage.
Quelques heures de bus et nous arrivons à notre hôtel en Istrie Croate, à Opatija, importante station balnéaire et mondaine de la côte Croate depuis le 19e siècle.

La vue depuis l'hotel

La vue depuis l’hôtel

Le lendemain, nous sommes reçus chez le président de l’association apicole de  Pazin, qui est aussi viticulteur. Visite des ruchers et des installations viticoles, dégustations de miels et de vins et beaux échanges avec les apiculteurs de l’association.

Carte postale souvenir envoyée par l'association apicole de Pazin

Carte postale souvenir envoyée par l’association apicole de Pazin

Échanges passionnés avec les apiculteurs Croates

Échanges passionnés avec les apiculteurs Croates

Vous trouverez les photos cette visite sur le site internet de l’association des apiculteurs de Pazin.

Nous visitons ensuite Motovun, petite ville fortifiée perchée sur une colline, visite suivie d’une halte gastronomique où nous goûtons des spécialités istriennes, jambon, vin Malvasia, toasts à la truffe.

La ville fortifiée de Motovun

La ville fortifiée de Motovun

Halte gourmande

Halte gourmande

Puis nous visitons Poreč et ses nombreuses traces du passé. Rues de pierre, ruines de temples antiques, forums et autres beaux édifices conservés des anciens temps témoignent du nombre de conquérants. La basilique euphrasienne du 6ème siècle est le monument historique et culturel le plus précieux d’Istrie, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

La basilique euphrasienne

La basilique euphrasienne

L'intérieur de la basilique

L’intérieur de la basilique

Le lendemain, visite de Rovinj, ancienne cité vénitienne, célèbre pour sa cathédrale Sainte Euphémie.

Rovinj

Rovinj

L'influence Vénicienne

L’influence Vénitienne

Les Véniciens, grands voyageurs ont ramené des idées de toute la méditerranée

Les Vénitiens, grands voyageurs ont ramené des idées de toute la méditerranée

Le tombeau de Sainte Euphémie qui serait arrivé en flottant sur la plage de Rovinj après le naufrage du navire le transportant. (C'est quand même du marbre!)

Le tombeau de Sainte Euphémie qui serait arrivé en flottant sur la plage de Rovinj après le naufrage du navire le transportant. (C’est quand même du marbre!)

Le marché de Pula

Le marché de Pula

C'est écrit dégustation

C’est écrit dégustation alors je déguste!

La couleur du miel est étonnante, mais ça a l'air bon

La couleur du miel est étonnante, mais ça a l’air bon

Poursuite de la journée par la visite de Pula et ses nombreux monuments romains.

L'amphithéâtre de Pula

L’amphithéâtre de Pula

Sonia, notre guide Croate passionnée par l'histoire de l'Istrie

Sonia, notre guide Croate passionnée par l’histoire de l’Istrie

La porte d'Hercule

La porte d’Hercule

Le lendemain, départ vers Karlovac, qui a subi d’ importantes destructions  pendant la guerre d’indépendance, nous voyons encore des traces de cette guerre sur de nombreuses façades.
L’industrie la plus connue de Karlovac est sa brasserie Karlovačka Pivovara d.d., qui produit la bière « Karlovačko Pivo ».

Nous allons rencontrer Mr Lovro Krnič qui pratique une apiculture bio, et sa famille.

Mr Krnič et notre guide Jana

Mr Krnič et notre guide Jana

Explications sur l'apiculture bio

Explications sur l’apiculture bio

Les ruches Langstroth de Mr Krnič

Les ruches Langstroth de Mr Krnič

Abeilles Carnioliennes, comme en Slovénie

Abeilles Carnioliennes, comme en Slovénie

Les délicieuses patisseries au miel de Mme Krnič ont eu un grand succès

Les délicieuses pâtisseries au miel de Mme Krnič ont eu un grand succès

Les gâteaux de Mme Krnič

Les gâteaux de Mme Krnič

Vous trouverez d’autres photos de cette visite sur le facebook de MR Krnič.

Accueil très chaleureux par Mr Krnič et sa famille, dégustation de miels et d’hydromel, et surtout les merveilleux petits gâteaux au miel de Mme  Krnič, elle nous a donné la recette, un grand merci à eux.

Nous partons ensuite vers la région des lacs de Plitvice, où nous allons rencontrer un groupe d’apiculteurs passionnants.

Une partie du groupe des apiculteurs Croates

Une partie du groupe des apiculteurs Croates

Dégustation de miel, et de "coca" Croate, éviter de conduire après en avoir bu.

Dégustation de miel, et de « coca » Croate, évitez de conduire après en avoir bu.

Camion rucher, mais équipé de ruches Langstroth.

Camion rucher, mais équipé de ruches Langstroth.

L'intérieur du camion

L’intérieur du camion

Nous visitons d’abord un camion rucher de 48 colonies. Contrairement aux Slovènes qui travaillent avec des ruches AZ, qui s’ouvrent par l’arrière, les apiculteurs Croates travaillent avec des ruches Langstroth, qui s’ouvrent par dessus. Ça doit être plus compliqué à travailler, avec plus de manutention, il faut sortir les corps supérieurs pour visiter les corps inférieurs, comme avec nos ruches Dadant, sauf qu’un corps Langstroth plein de miel doit peser un certain poids.
Ils travaillent sur trois corps pour maitriser l’essaimage, le corps inférieur avec la reine en ponte, une grille à reine dessus, le 2eme corps pour le miel et dans le 3eme corps (avec une sortie pour les abeilles) ils installent les cadres de couvain operculé prélevés dans le corps du bas. Les jeunes abeilles naissent en haut, et les cadres vides sont sont redescendus dans le corps inférieur. La reine a donc toujours de la place pour pondre, et si les abeilles étirent des cellules pour essaimer, c’est dans le corps supérieur. L’entrée supérieure est alors fermée, les abeilles pour sortir doivent redescendre vers le bas de la ruche où elles se trouvent en contact avec les phéromones royales, ce qui bloque la fièvre d’essaimage. Et si une reine nait quand même dans le corps du haut, elle sera bloquée en haut par la grille à reines. En Slovénie, les apiculteurs travaillent aussi sur trois corps pour bloquer l’essaimage, mais nous ne savions pas comment ça fonctionnait. A essayer avec des ruches Dadant.

Nous partons ensuite sur un autre rucher à quelques centaines de mètres, où sont élevées des reines.

Le rucher d'élevage de reines

Le rucher d’élevage de reines

Recherche de la reine

Recherche de la reine

Pas de protection pour visiter, ces Carnicas sont bien sympatiques

Pas de protection pour visiter, ces Carnicas sont bien sympathiques

La reine

La reine

Un cadre d'élevage

Un cadre d’élevage

Ruche à 2 nucleis

Ruche à 2 nucleus

Les reines ne sont pas élevées avec greffage de larves de 1 jour comme font beaucoup d’entre nous, mais à partir d’œufs de 1 jours, en utilisant le système Jenter. La reine est encagée, et est donc obligée de pondre dans des cupules amovibles du système Jenter. Les cupules pondues sont prélevées le lendemain et introduites directement en ruche d’élevage. Les larves sont donc nourries dés leur naissance avec de la gelée royale fraiche et surtout qui correspond à leur age. Quand nous greffons, nous posons la larve sur une goutte de gelée royale du commerce qui n’a que peu de chance de correspondre à l’age de la larve.
Et surtout, la ruche d’élevage est sur-nourrie, il y avait sur les cadres un pain de candi, et le nourrisseur était plein de sirop protéiné. Pour obtenir des belles reines, les abeilles ne doivent en aucun cas manquer de nourriture. En période de disette, la qualité de la gelée royale produite pour nourrir la reine diminue, et joue sur la qualité des œufs, puis ensuite sur la nourriture des larves.

Et une autre innovation:

A quoi peut bien servir ce miroir?

A quoi peut bien servir ce miroir?

A contrôler le pods de la ruche

A contrôler le poids de la ruche

Un ingénieux système de pesage des ruches, un pèse personne mécanique est installé dans le support de ruche et un jeu de miroir permet de contrôler l’évolution du poids de la ruche.

Abeille Carnica sur un chardon bleu

Abeille Carnica sur un chardon bleu

Une belle journée,  qui s’est continuée le soir à l’ hôtel où nous a rejoint l’apiculteur éleveur de reines pour répondre à nos nombreuses questions.Quelles belles leçons d’apiculture!

Le lendemain visite du parc national des lacs de Plitvice , site exceptionnel protégé par l’UNESCO.

aabbccddeeffNous continuons ensuite vers Zadar, la plus grande ville de Dalmatie. Le cœur historique de Zadar est construit sur une presqu’ile rectangulaire. La ville possède de nombreux sites romains, l’église Saint Donat. La seconde guerre mondiale a défiguré la ville par les 54 bombardements alliés en 1943 et 1944. La ville perd la plupart de ses magnifiques bâtiments austro-hongrois du XIXe siècle mais la majorité de ses édifices plus anciens sont épargnés par les bombes.

Eglise Saint Donat

Eglise Saint Donat

Le curieux soubassement de l'église Saint Donat fait avec des connes romaines brisées

Le curieux soubassement de l’église Saint Donat fait avec des colonnes romaines brisées

Retour à notre hôtel à Zadar. Le lendemain,nous partons visiter les salines de Nin, où nous rejoint un apiculteur, Mr Krste Bukvič, qui passera 2 jours avec nous.

La voiture de Mr Bukvič

La voiture de Mr Bukvič

Vue des bassins d'évaporation

Vue des bassins d’évaporation

Salicorne

Salicorne

Sel récolté

Sel récolté

bassin en cours de récolte

Bassin en cours de récolte

Nous partons ensuite vers l’ ancienne ville royale de Nin que nous fera visiter Mme Dejanovič, directrice de l’ office du tourisme de Nin.

Un des deux ponts d’accès à la ville de Nin

Un des deux ponts d’accès à la ville de Nin

Une des portes d'entrée de la ville

Une des portes d’entrée de la ville

L'église Sainte Croix

L’église Sainte Croix et le groupe des apiculteurs de l’Ain

L’ église de la Sainte-Croix date du IXe siècle, première période chrétienne des Croates. L’église est la seule structure sacrée dans Nin qui soit restée intacte depuis sa construction.On l’appelle populairement « la cathédrale la plus petite du monde » (Pendant la période des dirigeants croates, c’était la chapelle de la cour du prince. L’édifice a été construit sur les vestiges de maisons antiques (IerVIe siècle) visibles encore aujourd’hui et entouré de tombes médiévales.

Ensuite Mr Bukvič nous présentera l’apiculture dalmate et les plantes mellifères de la région.

Les apiculteurs à la conférence sur l"apiculture dalmate

Les apiculteurs à la conférence sur l »apiculture dalmate

Ensuite nous nous retrouverons au restaurant où nous dégusterons les hors d’œuvres traditionnels dalmates, généreusement offerts par l’ office de tourisme de Nin  ( Ninski šokol, préparé à partir de colliers de porc séchés arrosés de vin rouge de Benkovac, jambon cru dalmate (pršut), fromage traditionnels).

295296297

Sur la photo, à partir de la droite, Mme Dejanovic, directrice de l'office du tourisme de Nin, Jana notre guide, puis le chauffeur de notre bus.

Sur la photo, à partir de la droite, Mme Dejanovič, directrice de l’office du tourisme de Nin, Jana notre guide, puis le chauffeur de notre bus.

Mr Bukvič

Mr Bukvič

Le rucher

Le rucher

301

Le lendemain, départ pour le parc national des iles Kornati, que nous devons rejoindre en bateau pour une visite et voir des ruches. Les ruches sont transportées en bateau sur les iles pour récolter sur des floraisons spécifiques, entre autres la sauge méditerranéenne, (salvia fruticosa)

Transhumance des ruches vers les ils Cornati

Transhumance des ruches vers les iles Cornati

Malheureusement, arrivé au port, un vent violent (la bura) souffle , interdisant toute sortie en mer.

Les vagues dans la baie pourtant bien protégée

Les vagues dans la baie pourtant bien protégée

Comme le repas du pêcheur était prévu en mer, c’est sur le bateau que nous allons déjeuner, mais à quai, au grand soulagement de certains d’ailleurs.

Le bateau prévu pour l'excursion

Le bateau prévu pour l’excursion

322

Sur le chemin du retour, quelques belles vues sur l’adriatique et les iles Cornati.

334

La cote dalmate et les iles Cornati à l'horizon.

La cote dalmate et les iles Cornati à l’horizon.

Arrêt sur la route pour des explications sur la flore méditerranéenne

Arrêt sur la route pour des explications sur la flore méditerranéenne par Mr Bukvič.

Le maquis Croate

Le maquis Croate

La sauge méditerranéenne

La sauge méditerranéenne

On a dit qu'elle est méditerranéenne la sauge, et tu veux la replanter dans le Jura? Pas d'inquiétude, après recherche elle est rustique à -22°, le climat du massif des Velebit où elle pousse est très rude l'hiver.

On a dit qu’elle est méditerranéenne la sauge, et tu veux la replanter dans le Jura? Pas d’inquiétude, après recherche elle est rustique à -22°, le climat du massif des Velebit où elle pousse est très rude l’hiver.

Retour à L’hôtel en avance pour profiter de la piscine et de la plage, et demain, retour vers la France.

Encore un beau voyage, de belles rencontres, de belles leçons d’apiculture. Merci à tous ceux qui nous ont accueillis pour leur gentillesse et leur disponibilité, merci à Jasna Vogrin de l’agence Apiroute qui nous a préparé ce beau voyage, merci à notre guide Jana et à son mari Boris qui nous a rejoint le dernier jour, et merci aux deux chauffeurs de bus qui nous ont conduits sans encombre sur les routes Croates.

Le groupe des apiculteurs de l'Ain et les apiculteurs de de Pazin.

Le groupe des apiculteurs de l’Ain et les apiculteurs de de Pazin.

 

Assemblée générale d’automne du Syndicat d’Apiculture de l’Ain

Cette année, l’assemblée générale du syndicat d’apiculture de l’Ain se tiendra à Béard, merci de vous inscrire pour le repas avant le 30 septembre 2016.

invit-ag-ain

« Des abeilles à Béard »

Une vidéo d’Alice Bomboy sur les activités de notre rucher école d’élevage de reines.