Partout dans le monde des solutions existent

Lundi 21 décembre – 20h, centre culturel Aragon à Oyonnax, ciné débat autour du film:

« Demain »

De Cyril Dion et Mélanie Laurent

Projection suivie d’une rencontre-débat avec les membres de la nouvelle association:

Colibris Haut Bugey.

logo


affiche-Demain-le-film

Et sur ce lien le dossier de presse du film

Abeilles de Thailande, suite

Des nouvelles des abeilles de Thailande, Chan notre guide de cet hiver qui nous a fait découvrir la forêt m’a envoyé quelques photos.

Maintenant  la pluie est revenue, c’est la saison des fleurs et les abeilles sont en plein travail.

DSCF7240DSCF7258DSCF7261DSCF7265

Les abeilles  Apis Dorsata sont revenues de leur migration et réoccupent dans les falaises les rayons que nous avions vus vides ce hiver.

DSCF7252DSCF7253DSCF7255

Et si les falaises sont occupées, pas de problème, le dessous d’un balcon fera l’affaire.

DSCF7238

Et pour votre prochain voyage en Thailande, je vous conseille un trek en forêt avec Chan, contact sur le lien:  http://www.trekkingthailand.com/

A la rencontre des abeilles de Thailande

Cet hiver, à l’occasion d’un séjour en Thaïlande, nous avons découvert d’autres abeilles, une autre apiculture.

Nous nous sommes rendus au nord ouest de la Thaïlande, dans la région de Mae Hong Son, proche de la frontière avec la Birmanie. Très montagneuse, c’est la province la moins densément peuplée du pays (20 habitants au km²).

En rouge la province de Mae Hong Son

En rouge la province de Mae Hong Son

Départ pour l'aventure

Départ pour l’aventure

La forêt de la province de Mae Hong Son

La forêt de la province de Mae Hong Son

Arrivée à l’aéroport de Mae Hong Son, dans le hall un énorme bloc en béton rempli de sable, et un panneau indiquant « Clear Gun ». C’est pour demander aux passagers de décharger leurs armes à feu avant de monter dans les avions. Ça doit être le vigipirate du coin. Étonnant.

"Cjear Gun"

« Clear Gun »

Arrivée de nuit à Mae Hong Son, avec ses temples au bord du lac.

Wat Chong Kham et Wat Chong Klang.

Wat Chong Kham et Wat Chong Klang.

Premiers pots de miel sur un marché

Premiers pots de miel sur un marché

Le lendemain première rencontre avec les abeilles asiatiques, Apis Dorsata.

Les abeilles géantes (Apis dorsata) sont des abeilles migratrices qui vivent dans le sous-continent indien. Elles peuvent avoir un comportement agressif. Elles produisent du miel, mais ne sont pas domestiquées.

Leurs nids sont principalement construits dans des endroits exposés loin du sol, sur des branches d’arbres et sous les surplombs des falaises, et parfois sur des bâtiments. Apis dorsata, qui n’a jamais été domestiquée, est une abeille défensive car elle n’utilise pas de cavités fermées pour la nidification. Chaque colonie se compose d’un seul rayon vertical (parfois de près d’un mètre carré) suspendu au-dessus, et le rayon est généralement couvert par une masse dense d’abeilles en plusieurs couches. Lorsqu’elles sont dérangées, les ouvrières peuvent présenter un comportement défensif connu sous le nom de « ondulation de défense ». Les abeilles de la couche externe, ramènent leur abdomen à 90 degrés vers le haut et les secouent de façon synchronisée. Ceci peut s’accompagner d’un frottement des ailes. Le signal est transmis aux ouvrières proches qui adoptent également cette posture et créent ainsi un effet visible et sonore  d’« ondulation » sur ​​la face du rayon, de manière presque identique à une vague de spectateurs dans un stade bondé.

Ces abeilles sont tropicales et dans la plupart des endroits, elles migrent de façon saisonnière. Certaines données récentes indiquent que les abeilles reviennent nidifier sur le même site, même si la plupart sinon la totalité des ouvrières d’origine peut être remplacée lors du processus. Le mécanisme de rétention de la mémoire demeure incompris. En dépit de sa nature agressive, cette espèce est traditionnellement utilisée comme source de miel et de cire d’abeille par les peuples autochtones dans une pratique connue sous le nom de chasse au miel. (source wikipédia)

Apis Dorsata, butinage

Apis Dorsata, butinage

Apis Dorsata, récolte de pollen

Apis Dorsata, récolte de pollen

Apis Dorsata, récolte de pollen

Apis Dorsata, récolte de pollen

Nous allons partir en forêt avec un guide local, Chan qui va nous faire découvrir d’autres espèces d’abeilles sauvages. En route nous nous arrêtons pour regarder de nombreux rayons d’Apis Dorsata dans une falaise. Ces nids sont vides, les abeilles ne sont pas encore rentrées de leur migration.

Au centre notre guide Chan

Au centre notre guide Chan

Grands rayons d'Apis Dorsata

Grands rayons d’Apis Dorsata

Nombreux rayons de toutes dimensions

Nombreux rayons de toutes dimensions

Puis en forêt, Chan va nous montrer les échelles fixées au tronc des arbres et qui vont servir aux chasseurs de miel  pour faire leur récolte. Certaines montent à plusieurs dizaines de mètres.

La forêt

La forêt

 

Echelle en bambou fixée sur le tronc d'un arbre par des chasseurs de miel

Sur la droite du tronc, échelle en bambou fixée sur le tronc d’un arbre par des chasseurs de miel

Une autre échelle

Une autre échelle

DSC_0024

Détails de la fixation du bambou sur le tronc

Détails de la fixation du bambou sur le tronc

"Clou en bambou"

« Clou en bambou »

L' échelle a disparu, il ne reste que les pointes en bambou, "avalées" par l'écorce de l'arbre

L’ échelle a disparu, il ne reste que les pointes en bambou, « avalées » par l’écorce de l’arbre

Décidément, nos ruches Dadant sont quand même bien pratiques, je ne me vois pas monter à 30m de haut sur des échelles pareilles pour récupérer quelques kilos de miel défendu par des milliers d’abeilles en furie!!

Chan va ensuite nous montrer des nids d’abeilles sans dard, qui vivent dans des arbres creux et protègent l’entrée de leur nid avec un  curieux tube fait de cire et de propolis. Ces abeilles produisent un miel parfois récolté. Elles appartiennent probablement au genre Trigona, mais si un spécialiste pouvait me confirmer l’espèce….

Entrée de nid circulaire

Entrée de nid circulaire

On voit les gardiennes protégeant l'entrée

On voit les gardiennes protégeant l’entrée

Une autre espèce, l'entrée est longue et étroite, à demi cachée dans les feuilles, et les gardiennes

Une autre espèce, l’entrée est longue et étroite, à demi cachée dans les feuilles, et les gardiennes

Une autre entrée bien visible sur un tronc

Une autre entrée bien visible sur un tronc

Et une vidéo montrant le départ des butineuses au travail.

Passionnante visite en forêt avec Chan, qui connaît parfaitement la région, sa faune et sa flore. A l’occasion d’un voyage en Thaïlande, n’hésitez pas à faire un trek avec lui, vous ne le regretterez pas. Contacts sur le lien suivant:

http://www.trekkingthailand.com/

Ensuite, visite du village de Ban Rak Thai, sur la frontière avec la Birmanie. Ce village est peuplée par une ethnie originaire de Chine, et qui cultive du thé dans les montagnes environnantes. Nous trouvons dans les commerce du « wild honey », miel d’Apis Dorsata ramassé dans les montagnes des environs par des chasseurs de miel.

Ban Rak Thai et son lac

Ban Rak Thai et son lac

Miel sauvage

Miel sauvage

Miel sauvage

Miel sauvage

miel sauvage

miel sauvage

Retour plus au sud, à Chiang May où nous allons visiter la Supha Bee Farm. C’est une très grosse exploitation qui travaille avec des Apis Mellifera, la même abeille que nous. Malheureusement, ce n’est pas la saison apicole, et l’apiculteur a pris des vacances. On nous laisse quand même visiter l’exploitation.

L'entrée de la ferme apicole

L’entrée de la ferme apicole

DSC_0314

Une belle gardienne

Une belle gardienne

Le musée apicole

Le musée apicole

Ruchettes de fécondation

Ruchettes de fécondation

Abeilles Buckfast?

Abeilles Buckfast?

Le magasin de vente de produits apicoles

Le magasin de vente de produits apicoles

Gelée royale congelée

Gelée royale congelée

Et pour terminer, une belle leçon d’apiculture en vidéo: voyant que je m’approchais très près des ruches, une dame travaillant dans l’entreprise est venue nous demander si nous étions apiculteurs et si nous voulions voir ouvrir une ruche. Un monsieur qui jardinait à posé ses outils, et sans enfumer, sans protection a ouvert une ruche et a sorti les cadres pour nous montrer la reine qui rentrait de son vol de fécondation, l’ endophallus du dernier mâle l’ayant fécondée encore attaché à l’abdomen. Je crois que nous avons encore une belle marge de progression dans nos élevages de reines avant d’atteindre une pareille douceure avec nos abeilles.

 

Voyage des apiculteurs de l’Ain en Slovénie, du 7 au 14 aout 2014

Après le beau voyage en Slovénie de l’été 2012, c’est cette fois à 36 que les apiculteurs de l’Ain se sont retrouvés à Bourg en Bresse au matin du 7 aout pour retourner visiter ce beau pays.

Après une dizaine d’heures de bus, nous avons passé la frontière, et deux heures plus tard nous sommes arrivés à notre hôtel à Bled.

Arrivée en Slovénie

Arrivée en Slovénie

Le lac de Bled, avec son ile et l'église Sainte Marie

Le lac de Bled, avec son ile et l’église Sainte Marie

le chateau

le chateau

notre hotel

notre hotel

Le lendemain, nous partons visiter le Centre de développement de l’apiculture de la Haute Carniole, à Lesce, où nous sommes reçus par Mr Brane Kozinc, un éleveur de reines réputé de la région. Ce centre d’apiculture est une très belle réalisation avec une miellerie collective, une installation de gaufrage de la cire, salle de conférence et boutique apicole. Mr Kozinc nous a montré le fonctionnement de la machine à gaufrer, qui peut transformer des lots de cire à partir d’un poids de 20kg

Le centre d'apiculture de la Haute Carniole

Le centre d’apiculture de la Haute Carniole

Jana notre guide et l'éleveur de reines Brane Kozink

Jana notre guide et l’éleveur de reines Brane Kozinc

La machine à gaufrer la cire

La machine à gaufrer la cire

Dans la salle de conférence

Dans la salle de conférence

Première rencontre avec un rucher Slovène

Première rencontre avec un rucher Slovène

L’après midi, nous nous visiterons la petite ville de Radovjlica, sa fabrique artisanale de pain d’épices et son musée de l’apiculture, célèbre pour ses anciens frontons peints qui décoraient les ruches Slovènes

Lire la suite

Deux belles conférences en janvier à Lyon

Le samedi 17 janvier, de 14h à 18h, à l’occasion de l’assemblée générale de GDSA du Rhône, Yves Le Conte, Directeur de recherche à l’ INRA (Montfavet/Avignon) donnera une conférence à l’École nationale vétérinaire, 1 avenue Bourgelat, 69280 Marcy l’Étoile.

  • Des abeilles résistantes aux maladies et au varroa?
  • Sélection des lignées  et stratégies d’alimentation.
  • La communication chimique.
  • La communication vibratoire chez les abeilles, applications pour la prévision des essaimages.

Entrée GRATUITE, faites passez le mot à vos collègues ou à votre famille.

A 16h30 Assemblée Générale du GDSA69

  • Perspectives.
  • Point sur Aethina tumida.

GDSA69, 46 rue du 8 mai 1945, 69360 Solaize. Président Jean RIONDET

Et le samedi 24 janvier, de 16h à 18h30, au même endroit,Campus Vétérinaire VetAgro Sup, 1 avenue Bourgelat, 69280 Marcy l’Étoile, conférence de Jos Guth, organisée par le syndicat d’apiculture du Rhone. Entrée libre

Jos Guth, apiculteur professionnel luxembourgeois renommé, est l’un des meilleurs éleveurs de reines d’Europe pour la la sélection et la multiplication des abeilles.
Programme:

  • Soutien de la thermorégulation dans la colonie.
  • L’abeille hygiénique.
  • L’abeille VSH.
  • Proposition d’une autre  stratégie vis à vis de varroa.
  • Production professionnelle d’essaims.
  • Essaimage exagéré.
  • Limitation des pertes hivernales.

L’abeille VSH (varroa sensitive hygienic), une abeille d’avenir ….
Jos Guth travaille avec son ami Paul Jungels sur des lignées d’abeilles VSH, dont les abeilles détectent les varroas fertiles sous les opercules, et évacuent les larves et nymphes d’abeilles infectées sans s’occuper des varroas non reproducteurs. Ceci crée dans la ruche un équilibre qui permet aux colonies de survivre sans traitement.
Nous sommes attendus  nombreux, Jos Guth, conférencier hors  pair, à l’habitude lors de ses interventions de remplir les plus grandes salles d’apiculteurs attentifs et enthousiastes …

Les abeilles du Haut Bugey au village des sciences d’Oyonnax

La section apicole du Haut Bugey a participé du 8 au 11 octobre au village des sciences au centre culturel Aragon à Oyonnax.

En ouverture de la fête de la science, la conférence de Martin Giurfa sur le cerveau de l’abeille a passionné les 200 spectateurs présents.

L’article du Progrès du 10 octobre:

Le Progrès du 10 octobre 2014

L’article de la Voix de l’Ain du 15 octobre:

Voix de l'Ain du 15 octobre 2014

Les jeudi et vendredi, environ 180 scolaires sont venus interroger les apiculteurs présents sur le stand de la section apicole du Haut Bugey sur la vie des abeilles et la production du miel. Le samedi un très nombreux public est venu sur notre stand. Beaucoup de questions sur la survie des abeilles, beaucoup de beaux échanges. Des contacts pris aussi avec de futurs apiculteurs, et aussi toujours autant d’intérêt de tous pour la recherche de la reine dans notre ruche vitrée.

IMG_1767
fete science 2014-040

Cherche cire de vieux cadres en pain

Je recherche des cires de vieux cadres fondues en pain , à 5,5 euros le kg.

Yves MARQUIS,
Montfollet, 01270 Villemotier
Téléphone: 04 74 51 08 25
06 87 10 09 59

Petit coléoptère de la ruche (Suite)

Quelques nouveaux documents reçus au sujet de l’infestation de ruches par Aethina Tumida.
Note de service DGAL aethina 1
Note de service DGAL aethina 2
Fiche aethina 2013 1
Fiche aethina 2013 2
Conseils pratiques aethina 1
Conseils pratiques aethina 2
procédure en cas de suspicion

Alerte, le petit coléoptère de la ruche (Aethina Tumida) découvert dans le sud de l’Italie

Mauvaise nouvelle pour l’apiculture, le petit coléoptère de la ruche, Aethina Tumida est arrivé en Europe et découvert dans le sud de l’Italie.

Points rouge: localisation des foyers d'infestation par A. tumida en Italie (02/10/2014)
Points rouge: localisation des foyers d’infestation par A. tumida en Italie (02/10/2014)

Au 1er octobre 2014, 16 ruchers ont été identifiés porteurs de A. tumida dans la région de Calabre dans le Sud de l’Italie. Parmi les nouveaux ruchers infestés, l’un était particulièrement infesté d’adultes et de larves. Uniquement des adultes du coléoptère ont été observés dans 13 ruchers.  Les zones de protection (20 km) et de surveillance (100 km) autour des foyers sont indiquées dans les cartes 1 et 2 (produites le 2 octobre 2014). On peut constater sur ces deux cartes que 57 inspections de ruchers n’ont pas conduit à identifier la présence d’A. tumida (20 dans la zone de protection de 20 km, 8 dans la zone de surveillance de 100 km et 29 au Nord de la zone de surveillance).

Source de l’info: plateforme ESA, (Epidémiosurveillance Santé Animale).

Pour suivre en direct les dernières infos sur Aethina Tumida, lien vers la platforme ESA

 
Le petit coléoptère ne doit pas arriver en France et dans notre département, car il est par la suite impossible de le faire disparaitre.
L’Italie est le principal fournisseur d’essaims en France, et des centaines d’essaims de cette origine arrivent chaque année dans notre région Rhone Alpes.
En conséquence, n’achetez pas des essaims nus ou sur cadres importés d’Italie, et pour vos achats en France demandez au  vendeur de vous certifier par écrit que ces essaims ne sont pas issus de colonies importées d’Italie depuis 2014.

Aethina Tumida 1aethina tumida 2

Et sur le lien suivant, quelques articles publiés dans « Abeilles & Cie »,la revue du CARI par Etienne Bruneau et Jean Fedon, photos de Gilles Fert

Le petit coléoptère des ruches (Abeilles & Cie)

Fête de la science à Oyonnax, conférence de Martin Giurfa le 8 octobre

bandeau fds

Le mercredi 8 octobre 2014, à 20h30 au grand théatre du centre culturel Aragon à Oyonnax, Martin Giurfa viendra nous présenter sa conférence:

Mini cerveau et méga performances : Comprendre la cognition à partir d’une abeille

Le cerveau d’une abeille contient à peine 960.000 neurones et son volume atteint seulement 1 mm3. Cependant, il est à la base de capacités comportementales remarquables basées sur la présence de phénomènes d’apprentissage et mémorisation dont les mécanismes essentiels ne diffèrent pas considérablement de ceux des vertébrés. Nous montrons que des apprentissages d’ordre supérieur qui jusqu’à présent étaient considérés comme le patrimoine de certains vertébrés (catégorisation, apprentissage de règles, etc.) peuvent être maitrisés par ces insectes. Nous tirons avantage de l’accessibilité du mini cerveau de l’abeille et de la possibilité d’étudier des réseaux spécifiques de neurones par des techniques invasives comme l’imagerie calcique, l’électrophysiologie et la neuropharmacologie, entre autres, afin de dévoiler les mécanismes sous-jacents à ces performances cognitives. Nous montrons qu’il est possible d’identifier les neurones et réseaux neuronaux qui sous-tendent des apprentissages d’ordre supérieur, et de comprendre comment le cerveau d’une abeille apprend sur le monde qui l’entoure. Nous combinons ainsi des études de neurosciences et de comportement afin de comprendre les phénomènes de l’apprentissage et la mémoire à partir du cerveau miniature d’une abeille qui excelle dans ces capacités.

Biographie

Martin Giurfa

Martin Giurfa est depuis 2003 directeur du Centre de Recherches sur la Cognition Animale dépendant de l’Université Paul Sabatier de Toulouse et du CNRS. Il et depuis 2005 professeur de classe exceptionnelle, et depuis 2007 membre de l’Académie Allemande de Sciences. En 2012 il a été nommé membre senior de l’Institut Universitaire de France. Il a été également président du Comité National du CNRS (2008-2012), section neurosciences. En 2007 il a reçu la médaille d’argent du CNRS. Il est professeur invité de plusieurs universités étrangères. Argentin de nationalité il a fait une grande partie de sa carrière en Allemagne avant d’arriver en France en 2001.
Ses recherches s’intéressent à l’apprentissage et à la mémoire chez les insectes, à différents niveaux d’organisation, du comportement aux molécules. Il utilise des approches relevant de la neuroéthologie, de la psychologie expérimentale, la neurobiologie, les neurosciences computationnelles et la biologie moléculaire dans le but de caractériser et de comprendre les règles sous-jacentes à l’apprentissage associatif chez les abeilles et d’identifier ses substrats neuronaux et moléculaires et les mécanismes qui le sous-tendent.

Quelques liens vers des articles sur les travaux de Martin Giurfa et son équipe:

« Communiqué de presse du CNRS »

« Centre de Recherches sur la Cognition Animale »

« Martin Giurfa : « Fin de controverse sur la danse des abeilles » »

001